Sommet de Paris sur les économies africaines

 

Paris accueille ce mardi, un sommet consacré au financement des économies africaines. Seize (16) mois après la crise sanitaire du covid-19, où les économies africaines sont fragilisées, le sommet de Paris vient remettre sur le tapis les questions liées à la relance économique.

Pour sortir de la récession économique provoquée par la pandémie au nouveau coronavirus, le sommet de Paris se penchera sur le financement des PME/PMI et aussi sur l’épineuse question de la dette. Il s’agira donc de dérouler les mécanismes devant permettre aux pays du continent de financer leur relance post-Covid-19 sans accroître le fardeau de la dette.

Selon la Présidence française, l’objectif est de trouver les moyens financiers pour permettre à l’Afrique de se remettre du recul de 2,1 % de son PIB et de sa première récession depuis 25 ans. La croissance devrait connaître un rebond en 2022 mais à un faible rythme comparativement aux pays développés.

En outre, le sommet de Paris doit notamment examiner les décisions prises par la communauté internationale à propos d’une réallocation des droits de tirage spéciaux (DTS).

Ces derniers dont la valeur repose sur un panier de cinq monnaies : le dollar des États-Unis, l’euro, le renminbi chinois, le yen japonais et la livre sterling, est un avoir de réserve international créé en 1969 par le FMI. La France propose d’en faire profiter à l’économie africaine.

A cet effet, le FMI devrait décider en juin une émission massive de DTS de 650 milliards de dollars à tous les pays, dont 33 milliards pour l’Afrique (24 milliards pour l’Afrique subsaharienne). « Ces montants ne seront pas suffisants. Nous réfléchissons à la manière d’utiliser des DTS des pays avancés pour les pays à bas revenu », a souligné l’Elysée qui suggère aussi une vente de l’or du FMI pour alimenter des prêts à taux zéro aux pays africains.

Seront autour de la table de discussion à ce sommet, le Président français Emmanuel Macron et une quinzaine de Chefs d’Etats africains, plusieurs hauts responsables européens ainsi qu’une dizaine de représentants d’organisations internationales.

Edy ALLEY

Partager l'article

Dernières infos

- Pub -